Entre nos doigts entrelacés

Un jour nous partirons vers notre ile au trésor

Où dort notre âge d’or dans un lit de hasard

Nous le réveillerons bien avant que la mort

N’ensevelisse le limon de nos regards.

 

Sous vos mirettes baignées de nuages blancs

Vous m’entendrez rimer Baudelaire et Léo

D’une mer retrouvée nous serons les enfants

Rien que de vieux amants aux deux rêves jumeaux.

 

Nous aurons quatre mains pour tisser dans le vent

Les réponses qu’a tues si longtemps la raison

Le bonheur coulera serein et évident

Entre nos doigts entrelacés par la passion.

 

Cbolavie

 

https://www.youtube.com/watch?v=Xo9G9C6KvCE

Publicités

Muguets déracinés

Il s’en est allé
Mais voilà qu’il revient
Mai des déracinés
Printemps des serfs du quotidien.

Tintinnabulent au pays des sourds
Mille bulles de bonheur
Accrochées à des brins d’amour
Dans leur cœur de migrateur.

Cbolavie
.

 

 

Elle est là

Elle est là depuis le premier jour

Depuis la première heure

Là entre deux riens

À fleur de cœur

Entre deux amours

Et un vieux chagrin.

Si bête parfois,

Si sublime à la fois.

Je l’ai connue

J’étais encore tout nu

Tel un oiseau sans plumes

Telle une mémoire sans écume.

L’ai-je vraiment choisie

Ou ne suis-je que le fruit

De son étourderie.

C’est un champ d’amour

Peuplé de poésie

D’instants plus lourds

Que les larmes de ma mère

D’instants plus doux

Que la mémoire et la mer.

Elle est encore là

Tel un feu qui n’hésite plus

Une aube chargée d’ancolies

Sous les cieux de l’enfance

Un sens tout au bout de la nuit

Un rendez-vous avec l’espérance.

Plus je vieillis, plus je l’aime

Même si je l’ai déjà un peu perdue

Elle est miraculeusement là

Moi qui l’aime à la folie

Mais sans vous

Sans vos rêves à mon cou

Nous ne serions plus là

Ni la vie, ni moi.

Cbolavie

 

 

Toujours le même désir…

 

Le même désir

Science, lilas, poésie, chocolat noir

Camus, cris de joie et mille et une nuits à boire.

 

La même chanson

À fleur de cœur, à fleur d’un rêve qui ne veut pas mourir

Sous son soleil semeur de mille et une larmes à écrire.

 

Le même désir

Être en voyage en toi tout en restant chez moi

D’ailleurs, de te revenir et de mille et une envie de partir.

 

Le même élan

Bohème et fou jusqu’au bout de tout

Moitié chien, moitié loup pour ne pas vivre à genoux.

 

Le même désir

Oublier l’âge et de la vie être amoureux

Suivre à jamais le sillage de la cerise bleue.

 

Cbolavie

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=xOFb4pws4-s

J’avais fermé mes mains

De mes doigts inutiles ne coulaient que des cris vains.

Et au-dessus de la feuille stérile,

J’avais fermé mes mains.

J’avais fermé mes mains pour ne plus rien écrire

Ni sur les fenêtres de tes matins

Ni sur les murs de mes soupirs

J’avais fermé mes mains mais tu as ouvert l’avenir

Et puisque nous sommes déjà demain

Je te lis là tel un sourire.

Cbolavie