Aria

 

 

 

Dans le silence de nos mains

Je crois entendre

Au fond du jardin de l’essence

La grenade éteindre ses rubis

Un à un avant la nuit

Le miel d’un cœur défleuri

Couler sur le tranchant d’une lame

Portée par les abeilles de l’errance.

Dans l’absence de nos mains

Je crois discerner

Une maison blanche et vide

Un baluchon d’oublis

De longs chemins arides

Avant la fin de l’infini

Un ciel qui se prétend lucide

Mais qui n’est que le début de la nuit.

C’est le temps d’écouter nos mains

Pour entendre sur le carreau de la vie

Taper doucement un aria lumineux

Venu de notre étoile bleue.

Cette étoile que nous croyions perdue.

C’est le temps de regarder nos mains

Pour voir nos fleurs de jasmin

Aux bras chargés de confiance

Nos deux cœurs d’automne

Parés de couleurs d’enfance.

C’est le temps d’unir nos mains

Pour découvrir sous un ciel serein

Toutes les pensées d’un jardin

Qui nous rassemble

Dans la maison blanche du destin.

Cbolavie

Publicités
Post a comment or leave a trackback: Trackback URL.

Commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :