Le chemin

Où sont tous les chemins qui me menaient à toi ?

Sillages d’un écran fou, vert et maladroit

Et pour seul pont entre nos élans immobiles

Un vieux chagrin couvert d’un silence imbécile.

 

Ton prénom si bleu coule tout au fond de moi

Tel un triste été lesté de mille pourquoi

Et sous l’azur blessé, l’envie de retenir

Les perles de pluie de nos lointains souvenirs.

.

Chaque nuit, je ne t’écris plus que dans ma tête

Quand mon cœur traverse le pays de nos dettes

Mais verrons-nous un jour dans nos émois amers

Le chemin qui nous unira face à la mer ?

Cbolavie

 

Publicités
Post a comment or leave a trackback: Trackback URL.

Commentaires

  • bleuemarie  On 3 juillet 2017 at 18 h 15 min

    Les chemins qui serpentent,
    les chemins qui s’égarent
    et tournent tournent tout autour de la terre,
    les chemins besogneux, lents et capricieux supportent nos errances et nous rassembleront
    Je t’embrasse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :