Le naufrage d’un poème

Porte ouverte, notre poème est là

Les pieds nus, j’y dépose ma foi

Ma gratitude, ma solitude

Et une folle envie d’aimer.

 

De l’enfance, il a surgi

Telle une île de douceurs

La mer l’a écrit

En elle doucement il meurt.

 

Au bout de l’inutile

Beau comme la mosquée bleue

Il est là vide et stérile

Comme une prière sans Dieu.

 

Cbolavie

 

 

Publicités
Poster un commentaire ou un rétrolien.

Commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :