Toujours présente

 

 

Dans le sanctuaire de la lune,

Je ne voyais en toi que la mer

La marée je l’avais dans le ventre

Et l’eau du rêve au bord des paupières.

Toujours présente, je t’imagine

Frégate sereine de ma plume

Tu es là ce soir tendre frangine

Sur un pont renaissant de ses cendres.

Cbolavie

 

Une fois encore…

 

Juste avant la fin du voyage

Le rêve demeure tenace.

Sur les hanches de notre aube qui danse

Mes mains sont couvertes de chance.

Tout est encore en place

Le lys rose, la maison blanche

Mes certitudes et ta confiance.

Nous sommes prêts

Toute la mer le sait

Le sable et la rose aussi

Et même l’herbe folle, les élans brisés

Et les orties du passé.

Nous sommes prêts

Juste toi et moi.

Je ne te cherche plus

Tu es là au-delà de l’attente

Tu ne me cherches plus

Tu sais le sens de mon existence.

Nous sommes l’ultime caresse

De tous nos dimanches

Une simple rose de sable dans le désert

Et au bout des vagues de la connivence

Nous ne sommes enfin

Qu’un homme et une femme

Dans l’île de notre évidence.

Cbolavie

Le regard profond et léger

 

J’ai ouvert ma fenêtre

Mes paupières et tout l’en dedans

J’ai vu au-delà

De toutes les solitudes

De toutes les pierres

De toutes les peurs

Un seul fil d’or

Don de soi

Sans trame sonore

Voie de lumière

Et tout au bout

La douceur de la paix

Le meilleur de nous-mêmes.   

Cbolavie

La vague

 

Je me croyais bleu, mais je suis noir aussi

C’est toujours ailleurs que je veux être

Même si tous mes refuges sont ici.

Je ne suis que l’embrun d’un rêve

Que j’ai souvent caché

Je ne suis qu’une goutte d’eau

Accrochée à son vieux rocher

Mais aujourd’hui lentement

Je glisse vers mon dernier été.

 

Je me crois noir, mais je suis bleu aussi

Je t’attends depuis tant de nuits

Tant de marées, tant de saisons

Toi la vague sans raison

Tu arriveras du large

Tu arriveras de la marge

Et tendrement tu m’emporteras

Loin de mon rocher, loin d’ici

Pour prolonger la vie.

 

Cbolavie

 

 

Bye bye Leo

 

Sur notre chemin, un jour…

Dance me to the end of love